De quelle manière l’identité peut-elle être un catalyseur d’une architecture porteuse de sens, au service de la pérennité d’une mémoire collective? 

A l’heure de la mondialisation, il est de plus en plus courant que des communautés émergentes tentent de se réaffirmer sous le prisme de la modernité. Elles conçoivent ainsi souvent leur environnement bâti au détriment de leur propre identité culturelle. Sans réelles considération pour le contexte local, l’architecture perd  de son sens.

En partant du postulat que l’environnement bâti constitue le reflet de l’imaginaire collectif d’une société, il nous semble évident que l’architecture retrace l’histoire et la mémoire collective de ceux qui la construise. Cette architecture peut alors se prévaloir d’une responsabilité sociale qui, au travers des solutions inspirées de la culture de la société pourraient contribuer à la promotion de cette dernière.

On est alors porté à s’interroger sur la pertinence de l’identité acquise d’un lieu dans l’élaboration de l’architecture. Cette identité peut, au besoin servir d’outil créatif, analogique ou métaphorique et ainsi informer le processus architectural.

Cette idée accompagne la réflexion dans ce document de préparation au Projet Final (dans le cadre de la maitrise en architecture).

Par Isabelle Alice Jolicoeur

Isabelle_Jolicoeur_préparation au projet final